RUTEBEUF
Le miracle de Théophile
THÉOPHILES.

Ahi! ahi! Diex, rois de gloire,

Tant vous ai éu en memoire,

Tout ai doné et despendu,

Et tout ai aus povres tendu,

Ne m'est remez vaillant un sac.

Bien m'a dit li evesque: «Eschac,»

Et m'a rendu maté en l'angle;

Sanz avoir m'a lessié tout sangle.

Or m'estuet-il morir de fain,

Se je n'envoi ma robe au pain.

Et ma mesnie, que fera?

Ne sai se Diex les pestera.

Diex? oïl? qu'en a-il à fere?

En autre lieu les covient trere,

Ou il me fet l'oreille sorde,

Qu'il n'a cure de ma falorde;

Et je li referai la moe.

Honiz soit qui de lui se loe!

N'est riens con por avoir ne face;

Ne pris riens Dieu ne sa manace.

Irai me je noier ou pendre?

Je ne m'en puis pas à Dieu prendre,

C'on ne puet à lui avenir.

Ha! qui or le porroit tenir

Et bien batre à la retornée

Moult auroit fet bone journée;

Mès il s'est en si haut leu mis,

Por eschiver ses anemis,

C'on n'i puet trere ne lancier.

Se or pooie à lui tancier

Et combattre et escremir,

La char li feroie fremir.

Or est là sus en son solaz;

Laz! chetis! et je sui ès laz

De Povreté et de Soufrete.

Or est bien ma viele frete,

Or dira l'en que je rasote:

De ce sera mès la riote.

Je n'oserai nului veoir,

Entre gent ne devrai seoir;

Que l'en m'i mousterroit au doi.

Or ne sai-je que fere doi.

Or m'a bien Diex servi de guile.

(Ici vient Theophiles à Salatin, qui parloit au deable quant il voloit.)

[SALATINS.]

Qu'est-ce? Qu'avez-vous, Theophile?

Por le grant Dé! quel mautalent

Vous a fet estre si dolent?

Vous soliiez si joiant estre.

THEOPHILE parole.

C'on m'apeloit seignor et mestre

De cest païs, ce sez-tu bien;

Or ne me lesse-on nule rien.

S'en sui plus dolenz, Salatin,

Quar en françois ne en latin

Ne finai onques de proier

Celui c'or me veut asproier,

Et qui me fet lessier si monde

Qu'il ne m'est remez riens el monde.

Or n'est nule chose si fiere

Ne de si diverse maniere

Que volenters ne la féisse

Par tel qu'à m'onor revenisse.

Li perdres m'est honte et domage.

In: Théâtre français au moyen âge, publié d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, par MM. L. J. N. Monmerqué et Francisque Michel. (XIe-XIVe siècles.) Paris, Firmin Didot Frères, 1842.

 
 

 




 



hospedagem
Cyberdesigner:
Magno Urbano