RUTEBEUF
Le miracle de Théophile
(Or se lieve l'evesque contre Theophile,
et li rent sa dignité, et dist:)

Sire, bien puissiez-vous venir!

THEOPHILES.

Si sui-je, bien me soi tenir:

Je ne suis pas chéus par voie.

LI EVESQUES.

Biaus sire, de ce que j'avoie

Vers vous mespris je l'vous ament,

Et si vous rent moult bonement

Vostre baillie: or la prenez;

Quar preudom estes et senez,

Et quanques j'ai si sera vostre.

THEOPHILES.

Ci a moult bone patre-nostre,

Mieudre assez c'onques mès ne dis.

Dès or mès vendront .x. et .x.

Li vilain por moi aorer,

Et je les ferai laborer.

Il ne vaut rien, qui l'en ne doute.

Cuident-il je n'i voie goute?

Je lor serai fel et irous.

LI EVESQUES.

Theophile, où entendez-vous?

Biaus amis, penssez de bien fere.

Vez-vous ceenz vostre repere;

Vez ci vostre ostel et le mien.

Noz richeces et nostre bien

Si seront dès or mès ensamble;

Bon ami serons, ce me samble;

Tout sera vostre, et tout ert mien.

THEOPHILES.

Par foi! sire, je le vueil bien.

 

In: Théâtre français au moyen âge, publié d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, par MM. L. J. N. Monmerqué et Francisque Michel. (XIe-XIVe siècles.) Paris, Firmin Didot Frères, 1842.

 
 

 




 



hospedagem
Cyberdesigner:
Magno Urbano