RUTEBEUF
Le miracle de Théophile
(Or revient Theophiles à Salatin:)

Or sui-je venuz trop matin?

As tu riens fet?

SALATINS.

Je t'ai basti si bien ton plet,

Quanques tes sires t'a mesfet

T'amendera,

Et plus forment t'onorera

Et plus grant seignor te fera

C'onques ne fus.

Tu n'es or pas si du refus

Com tu seras encor du plus.

Ne t'esmaier;

Va là aval sanz delaier.

Ne t'i covient pas Dieu proier

Ne reclamer,

Se tu veus ta besoingne amer:

Tu l'as trop trové à amer,

Qu'il t'a failli.

Mauvesement as or sailli;

Bien t'éust ore mal bailli,

Se ne t'aidaisse.

Va-t'en, que il t'atendent; passe

Grant aléure.

De Dieu reclamer n'aies cure.

THEOPHILES.

Je m'en vois. Diex ne m'i puet nuire

Ne riens aidier,

Ne je ne puis à lui plaidier.

(Ici va Theophiles au deable, si a trop grant paor; et li deables li dist:)

Venez avant, passez grant pas;

Gardez que ne resamblez pas

Vilain qui va à offerande.

Que vous veut ne que vous demande

Vostre sires? Il est moult fiers!

THEOPHILES.

Voire, sire. Il fu chanceliers,

Si me cuide chacier pain querre:

Or vous vieng proier et requerre

Que vous m'aidiez à cest besoing.

LI DEABLES.

Requiers m'en-tu?

THEOPHILES.

Oïl.

LI DEABLES.

Or joing

Tes mains, et si devien mes hom:

Je t'aiderai outre reson.

THEOPHILES.

Vez ci que je vous faz hommage;

Mès que je r'aie mon domage,

Biaus sire, dès or en avant.

LI DEABLES.

Et je te refaz .i. couvant,

Que te ferai si grant seignor

C'on ne te vit onques greignor;

Et puis que ainsinques avient,

Saches de voir qu'il te covient

De toi aie lettres pendanz,

Bien dites et bien entendanz;

Quar maintes genz m'en ont sorpris

Por ce que lor lettres n'en pris:

Por ce les vueil avoir bien dites.

THEOPHILES.

Vez-les ci, je les ai escrites.

In: Théâtre français au moyen âge, publié d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, par MM. L. J. N. Monmerqué et Francisque Michel. (XIe-XIVe siècles.) Paris, Firmin Didot Frères, 1842.

 
 

 




 



hospedagem
Cyberdesigner:
Magno Urbano