RUTEBEUF
Le miracle de Théophile
(Or baille Theophiles les lettres au deable, et li deables
li commande à ouvrer ainsi:)

Theophile, biaus douz amis,

Puis que tu t'es en mes mains mis,

Je te dirai que tu feras:

Jamès povre homme n'ameras;

Se povres hom sorpris te proie,

Torne l'oreille, va ta voie.

S'aucuns envers toi s'umelie,

Respon orgueil et felonie.

Se povres demande à ta porte,

Si garde qu'aumosne n'en porte.

Douçor, humilitez, pitiez,

Et charitez et amistiez,

Jeune fere, penitance

Me metent grant duel en la pance.

Aumosne fere et Dieu proier,

Ce me repuet trop anoier.

Dieu amer et chastement vivre,

Lors me samble serpent et guivre

Me menjue le cuer el ventre

Quant l'en en la meson-Dieu entre

Por regarder aucun malade,

Lors ai le cuer si mort et fade

Qu'il m'est avis que point n'en sente:

Cil qui fet bien si me tormente.

Va-t'en, tu seras seneschaus.

Lai les biens et si fai les maus.

Ne juger jà bien en ta vie,

Que tu feroies grant folie

Et si feroies contre moi.

THEOPHILES.

Je ferai ce que fere doi.

Bien est droiz vostre plesir face,

Puis que j'en doi r'avoir ma grace.

(Or envoie l'evesque querre Theophile.)

Or tost! lieve sus, Pince-guerre,

Si me va Theophile querre;

Se li renderai sa baillie.

J'avoie fet moult grant folie

Quant je tolue li avoie;

Que c'est li mieudres que je voie,

Ice puis-je bien por voir dire.

(Or respont Pince-guerre:)

Vous dites voir, biaus très douz sire.

(Or parole Pince-guerre à Theophile:)

Qui est ceenz?

(Et Theophiles respont:)

Et vous qui estes?

[PINCE-GUERRE.]

Je sui uns clers.

[THEOPHILES.]

Et je sui prestres.

[PINCE-GUERRE.]

Theophile, biaus sire chiers,

Or ne soiez vers moi si fiers.

Mes sires .i. pou vous demande:

Si r'aurez jà vostre provande,

Vostre baillie toute entiere.

Soiez liez, fetes bele chiere,

Si ferez et sens et savoir.

THEOPHILES.

Deable i puissent part avoir!

J'éusse éue l'eveschié,

Et je l'i mis, si fis pechié;

Quant il i fu, s'oi à lui guerre,

Si me cuida chacier pain querre.

Tripot lirot por sa haïne

Et por sa tençon qui ne fine!

G'i irai, s'orrai qu'il dira.

PINCE-GUERRE.

Quant il vous verra, si rira

Et dira por vous essaier

Le fist. Or vous reveut paier,

Et serez ami com devant.

THEOPHILES.

Or disoient assez souvant

Li chanoine de moi granz fables:

Je les rent à toz les deables.

In: Théâtre français au moyen âge, publié d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, par MM. L. J. N. Monmerqué et Francisque Michel. (XIe-XIVe siècles.) Paris, Firmin Didot Frères, 1842.

 
 

 




 



hospedagem
Cyberdesigner:
Magno Urbano