RUTEBEUF
Le miracle de Théophile
(Ici parole Nostre-Dame à Theophile, et dist:)

Qui es-tu, va! qui vas par ci?

[THEOPHILES.]

Ha! Dame, aiez de moi merci!

C'est li chetis

Theophile, li entrepris

Que maufé ont loié et pris.

Or vieng proier

A vous, Dame, et merci crier,

Que ne gart l'eure qu'asproier

Me viengne cil

Qui m'as mis à si grant escil.

Tu me tenis jà por ton fil,

Roïne bele.

NOSTRE-DAME parole.

Je n'ai cure de ta favele;

Va-t'en, is fors de ma chapele.

THEOPHILES parole.

Dame, je n'ose.

Flors d'aiglentier et lis et rose

En qui li filz Dieu se repose,

Que ferai-gié?

Malement me sent engagié

Envers le maufé enragié.

Ne sai que fere:

Jamès ne finirai de brere.

Virge pucele debonere,

Dame honorée,

Bien sera m'ame devorée,

Qu'en enfer sera demorée

Avoec Cahu.

NOSTRE-DAME.

Theophile, je t'ai séu

Là en arriere à moi éu.

Saches de voir,

Ta chartre te ferai r'avoir

Que tu baillas par non savoir:

Je la vois querre.

(Ici va Nostre-Dame por la chartre Theophile:)

Sathan! Sathan! es-tu en serre?

S'es or venuz en ceste terre

Por commencier à mon clerc guerre,

Mar le penssas.

Rent la chartre que du clerc as,

Quar tu as fet trop vilain cas.

SATHAN parole:

Je la vous rande!

J'aim miex assez que l'en me pende.

Jà li rendi-je sa provande,

Et il me fist de lui offrande

Sanz demorance

De cors et d'ame et de sustance.

NOSTRE DAME

Et je te foulerai la pance.

(Ici aporte Nostre-Dame la chartre à Theophile:)

Amis, ta chartre te r'aport.

Arivez fusses à mal port,

Où il n'a solaz ne deport;

A moi entent:

Va à l'evesque et plus n'atent;

De la chartre li fai present,

Et qu'il la lise

Devant le pueple en sainte yglise,

Que bone gent n'en soit sorprise

Par tel barate.

Trop aime avoir qui si l'achate;

L'ame en est et honteuse et mate.

THEOPHILES.

Volontiers, Dame:

Bien fusse mors de cors et d'ame;

Sa paine pert qui ainsi same,

Ce voi-je bien.

(Ici vient Theophiles à l'evesque, et li baille sa chartre, et dist:)

Sire, oiez-moi, por Dieu merci!

Quoi que j'aie fet, or sui ci.

Par tens sauroiz

De qoi j'ai moult esté destroiz;

Povres et nus, maigres et froiz

Fui par defaute.

Anemis, qui les bons assaute,

Ot fet à m'ame geter faute

Dont mors estoie.

La Dame qui les siens avoie

M'a desvoié de male voie

Où avoiez

Estoie, et si forvoiez

Qu'en enfer fusse confoiez

Par le deable;

Que Dieu, le pere esperitable,

En toute ouvraingne charitable

Lessier me fist.

Ma chartre en ot de quanqu'il dist;

Seelé fu quanqu'il requist:

Moult me greva,

Par poi li cuers ne me creva.

La Virge la me raporta,

Qu'à Dieu est mere,

La qui bonté est pure et clere;

Si vous vueil proier, com mon pere,

Qu'el soit léue,

Qu'autre gent n'en soit decéue

Qui n'ont encore apercéue

Tel tricherie.

(Ici list l'evesque la chartre, et dist:)

Oiez, pour Dieu le filz Marie:

Bone gent, si orrez la vie

De Theophile

Qui anemis servi de guile.

Ausi voir comme est Evangile

Est ceste chose;

Si vous doit bien estre desclose.

Or escoutez que vous propose:

«A toz cels qui verront ceste lettre commune

Fet Sathan asavoir que jà torna fortune,

Que Theophiles ot à l'evesque rancune,

Ne li lessa l'evesque seignorie nesune.

«Il fu desesperez quant l'en li fist l'outrage;

A Salatin s'en vint qui ot el cors la rage,

Et dist qu'il li feroit moult volentiers hommage,

Se rendre li pooit s'onor et son domage.

«Je le guerroiai tant com mena sainte vie,

C'onques ne poi avoir desor lui seignorie.

Quant il me vint requerre, j'oi de lui grant envie;

Et lors me fist hommage, si r'ot sa seignorie.

«De l'anel de son doit seela ceste lettre;

De son sanc les escrist, autre enque n'i fist metre,

Ains que je me vouisse de lui point entremetre

Ne que je le féisse en dignité remetre.»

Issi ouvra icil preudom.

Delivré l'a tout à bandon

La Dieu ancele;

Marie, la virge pucele.

Delivré l'a de tel querele:

Chantons tuit por ceste novele.

Or, levez sus;

Disons: Te Deum laudamus.

 
EXPLICIT LE MIRACLE DE THEOPHILE

In: Théâtre français au moyen âge, publié d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, par MM. L. J. N. Monmerqué et Francisque Michel. (XIe-XIVe siècles.) Paris, Firmin Didot Frères, 1842.

 
 

 




 



hospedagem
Cyberdesigner:
Magno Urbano