RUTEBEUF
Le miracle de Théophile
(Ici se repent Theophiles,
et vient à une chapele de Nostre-Dame, et dist:)

Hé, laz! chetis! dolenz! que porrai devenir?

Terre, comment me puès porter ne soustenir

Quant j'ai Dieu renoié et celui voil tenir

A seignor et à mestre qui toz maus fet venir?

Or ai Dieu renoié, ne puet estre téu;

Si ai lessié le basme, pris me sui au séu.

De moi a pris la chartre et le brief recéu

Maufez, se li rendrai de m'ame le tréu.

Hé, Diex! que feras-tu de cest chetif dolent

De qui l'ame en ira en enfer le boillant,

Et li maufez l'iront à leur piez defoulant?

Ahi! terre, quar oevre, si me va engloutant.

Sire Diex, que fera cist dolenz esbahis

Qui de Dieu et du monde est huez et haïs,

Et des maufez d'enfer engingniez et trahis?

Dont sui-je de trestoz chaciez et envaïs?

Hé las! com j'ai esté plains de grant non savoir

Quant j'ai Dieu renoié por .i. petit d'avoir!

Les richeces du monde que je voloie avoir

M'ont geté en tel leu dont ne me puis r'avoir.

Sathan, plus de .vij. anz ai tenu ton sentier;

Maus chans m'ont fe chanter li vin de mon chantier:

Moult felonesse rente m'en rendront mi rentier,

Ma char charpenteront li felon charpentier.

Ame doit l'en amer; m'ame n'ert pas amée.

N'os demander la Dame qu'ele ne soit dampnée.

Trop a male semence en semoisons semée

De qui l'ame sera en enfer sorsemée.

Ha, las! com fol bailli et com fole baillie!

Or sui-je mal baillis et m'ame mal baillie!

S'or m'osoie baillier à la douce baillie,

G'i seroie bailliez et m'ame jà baillie.

Ors sui, et ordoiez doit aler en ordure:

Ordement ai ouvré, ce set cil qui or dure

Et qui toz jors durra: s'en aurai la mort dure.

Maufez, com m'avez mors de mauvese morsure!

Or n'ai-je remanance ne en ciel ne en terre.

Ha, las! où est li lieus qui me puisse soufferre?

Enfers ne me plest pas, où je me voil offerre;

Paradis n'est pas miens, que j'ai au Seignor guerre.

Je n'os Dieu reclamer ne ses sainz ne ses saintes,

Las! que j'ai fet hommage au deable, mains jointes;

Li maufez en a lettres de mon anel empraintes.

Richece, mar te vi: j'en aurai dolors maintes.

Je n'os Dieu ne ses saintes ne ses sainz reclamer,

Ne la très douce Dame, que chascuns doit amer.

Mès por ce qu'en li n'a felonie n'amer,

Se je li cri merci nus ne m'en doit blasmer.

(C'est la proiere que Theophiles dist devant Nostre-Dame:)

Sainte roïne bele,

Glorieuse pucele,

Dame de grace plaine,

Par qui toz biens revele,

Qu'au besoing vous apele

Delivrez est de paine,

Qu'à vous son cuer amaine

Ou pardurable raine

Aura joie novele;

Arousable fontaine

Et delitable et saine,

A ton filz me rapele.

 

En vostre douz servise

Fu jà m'entente mise;

Mès trop tost fui temptez

Par celui qui atise

Le mal, et le bien brise.

Sui trop fort enchantez;

Car me desenchantez,

Que vostre volentez

Est plaine de franchise,

Ou de granz orfentez

Sera mes cors rentez

Devant la fort justice.

 

Dame sainte Marie,

Mon corage varie;

Ainsi que il te serve,

Ou jamès n'ert tarie

Ma dolors ne garie,

Ains sera m'ame serve,

Ci aura dure verve

S'ainz que la mors n'enerve,

En vous ne se marie

M'ame qui vous enterve.

Souffrez li cors deserve,

L'ame ne soit perie.

 

Dame de charité,

Qui par humilité

Portas nostre salu,

Qui toz nous a geté

De duel et de vilté

Et d'enferne palu;

Dame, je te salu.

Ton salu m'a valu

(Je l' sai de verité),

Gar qu'avoec Tentalu

En enfer le jalu

Ne praingne m'erité.

 

En enfer ert offerte

Dont la porte est ouverte

M'ame par mon outrage:

Ci aura dure perte

Et grant folie aperte

Se là praing herbregage.

Dame, or te faz hommage:

Torne ton douz visage;

Por ma dure deserte,

El non ton filz, le sage,

Ne souffrir que mi gage

Voisent à tel poverte.

 

Si comme en la verriere

Entre et reva arriere

Li solaus que n'entame,

Ainsinc fus virge entiere

Quant Diex, qui ès ciex iere,

Fist de toi mere et dame.

Ha! resplendissant jame,

Tendre et piteuse fame,

Car entent ma proiere,

Que mon vil cors et m'ame

De pardurable flame

Rapelaisses arriere.

 

Roïne debonaire,

Les iex du cuer m'esclaire

Et l'obscurté m'esface,

Si qu'à toi puisse plaire

Et ta volenté faire,

Car m'en done la grace;

Trop ai éu espace

D'estre en obscure trace.

Encor m'i cuident traire

Li serf de pute estrace;

Dame, jà toi ne place

Qu'il facent tel contraire!

 

En vilté, en ordure,

En vie trop obscure

Ai esté lonc termine;

Roïne nete et pure,

Quar me pren en ta cure

Et si me medecine.

Par ta vertu devine,

Qu'adès est enterine,

Fai dedenz mon cuer luire

La clarté pure et fine,

Et les iex m'enlumine

Que ne m'en voi conduire.

 

Li proieres qui proie

M'a jà mis en sa proie:

Pris serai et preez;

Trop asprement m'asproie.

Dame, ton chier filz proie

Que soie despreez;

Dame, car leur veez,

Qui mes mesfez veez,

Que n'avoie à leur voie.

Vous qui lasus seez,

M'ame leur deveez,

Que nus d'aus ne la voie.

In: Théâtre français au moyen âge, publié d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, par MM. L. J. N. Monmerqué et Francisque Michel. (XIe-XIVe siècles.) Paris, Firmin Didot Frères, 1842.

 
 

 




 



hospedagem
Cyberdesigner:
Magno Urbano