RUTEBEUF
Le miracle de Théophile
Ici parole SALATINS

Uns crestiens s'est sor moi mis,

Et je m'en sui moult entremis;

Quar tu n'es pas mes anemis,

Os-tu, Sathanz?

Demain vendra, se tu l'atans;

Je li ai promis .iiij. tans:

Aten-le don;

Qu'il a esté moult grant preudon:

Por ce si a plus riche don.

Met-li ta richece à bandon.

Ne m'os-tu pas?

Je te ferai plus que le pas

Venir, je cuit;

Et si vendras encore anuit,

Quar ta demorée me nuit;

G'i ai beé.

(Ci conjure Salatins le deable.)

Bagahi laca bachahé,

Lamac cahi achabahé,

Karrelyos.

Lamac lamec bachalyos,

Cabahagi sabalyos,

Baryolas.

Lagozatha cabyolas,

Samahac et famyolas,

Harrahya.

(Or vient li deables qui est conjuré, et dist:)

Tu as bien dit ce qu'il i a.

Cil qui t'aprist riens n'oublia.

Moult me travailles!

SALATINS.

Qu'il n'est pas droiz que tu me failles

Ne que tu encontre moi ailles,

Quant je t'apel.

Je te faz bien suer ta pel.

Veus-tu oïr .i. geu novel?

.J. clerc avons.

De tel gaing com nous savons

Souventes foiz nous en grevons

Por nostre afere.

Que loez-vous du clerc à fere

Qui se voudra jà vers çà trere?

LI DEABLES.

Comment a non?

SALATINS.

Theophiles, par son droit non.

Moult a esté de grant renon

En ceste terre.

LI DEABLES.

J'ai toz jors éu à lui guerre,

C'onques jor ne le poi conquerre.

Puis qu'il se veut à nous offerre,

Viengne en cel val,

Sanz compaignie et sanz cheval;

N'i aura gueres de travail:

C'est près de ci.

Moult aurai bien de lui merci,

Sathan et li autre nerci;

Mès n'apiaut mie

Jhesu, le fil sainte Marie:

Ne li ferions point d'aïe.

De ci m'en vois.

Or soiez vers moi plus cortois,

Ne ne traveillier mès des mois

(Va, Salatin)

Ne en hebrieu ne en latin.

In: Théâtre français au moyen âge, publié d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, par MM. L. J. N. Monmerqué et Francisque Michel. (XIe-XIVe siècles.) Paris, Firmin Didot Frères, 1842.

 
 

 




 



hospedagem
Cyberdesigner:
Magno Urbano